Trouver un hébergement d’urgence

Si vous n’êtes pas en sécurité chez vous et que vous ne savez pas où aller, il existe des solutions. Il est vital que vous ne restiez pas dans une situation dangereuse pour vous et vos enfants. Votre sécurité est la priorité absolue.

Vérifié par Ouarda Varda Sadoudi le 30/05/2022

Si vous êtes confrontées à des violences conjugales et que vous vivez avec l’auteur des violences, l’une des premières solutions que vous pouvez envisager est de demander au juge de l’expulser du logement dans le cadre d’une mesure de protection appelée “ordonnance de protection”.

Vous pourriez obtenir son éviction dans un délai d’une semaine maximum, même si le logement est à son nom.

En attendant la décision du juge, ou si vous n’avez pas demandé une “ordonnance de protection”, il existe des solutions d’urgence pour vous et vos enfants.

Aujourd’hui

Il peut être très stressant de quitter le confort de votre logement, mais vous n’y êtes pas en sécurité en présence d’une personne violente.

Même si elles vous paraissent difficiles, ces solutions pourront vous être très utiles à court terme. Il s’agit de la première étape pour vous mettre en sécurité et retrouver, à terme, votre indépendance.

  • Cela peut vous sembler très embarrassant, mais vos proches de confiance pourraient être prêts à vous héberger quelques jours en urgence.

    De plus en plus de personnes sont sensibilisées au problème des violences conjugales et sont prêtes à aider celles qui y sont confrontées. Vous n’avez pas à vous sentir coupable.

  • Si vous avez assez d’argent, vous pourriez aussi envisager d’aller à l’hôtel pour quelques jours.

    Ces sites de recherche sont multilingues et proposent de nombreux logements disponibles immédiatement :

    • Booking pour une chambre d’hôtel ou un appartement.
    • Airbnb pour une location de courte durée, parfois plus.
  • Les services de police ont accès à des solutions d'hébergement pour les personnes victimes de violences conjugales en situation d’urgence.

    Ils pourront peut-être vous trouver une place dans un centre d’hébergement le soir-même. Certains de ces centres sont dédiés à l’accueil des femmes victimes.

    Pour en faire la demande, vous pouvez vous rendre dans n’importe quel poste de police près de chez vous, c’est-à-dire soit un “commissariat de police” soit une “brigade de gendarmerie”.

    Une fois sur place :

    • Si vous ne parlez pas français, vous pouvez leur présenter cette lettre.
    • Expliquez-leur que vous n’êtes pas en sécurité chez vous. Vous devrez répondre à des questions concernant les violences que vous avez subies.
    • Vous ne serez pas obligée de déposer une plainte pour obtenir un hébergement d’urgence.
    • Vous pourrez aussi leur demander de vous raccompagner chez vous pour récupérer des affaires. Cela prendra plus ou moins de temps selon les urgences qu’ils auront à gérer.
  • Le “Samusocial” est l’organisme qui gère le 115, numéro national d'assistance et d'orientation pour les personnes sans-abri.

    Ils feront leur possible pour vous proposer un service d’hébergement d’urgence comme un hôtel ou un refuge pour la nuit, aussi loin que possible de l’auteur des violences.

    Malheureusement, ce n’est pas toujours la solution la plus efficace. Il faut parfois attendre longuement au téléphone avant d’obtenir une réponse, et ils ne pourront pas vous aider à vous déplacer jusqu’à l’hébergement.

    Il est donc recommandé de vous tourner vers les services de police en priorité.

    Si vous décidez de faire appel à ce service :

    • appelez le 115, numéro gratuit disponible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7
    • si vous ne parlez pas français, un interprète sera attribué à votre appel
    • il est recommandé d’appeler entre 11h et 15h
    • si personne ne répond à votre appel, vous pouvez essayer à plusieurs reprises.

A plus long terme

Il existe des solutions pour vous installer dans un nouveau logement adapté à vos ressources financières :

Si vos ressources financières sont limitées, il est recommandé de prendre rendez-vous avec un professionnel social appelé “travailleur social” ou “assistante sociale”.

Ce professionnel pourra vous aider à trouver des solutions d’hébergement et vous accompagner dans vos démarches. Il pourra également vous aider à demander des aides financières.

Pour prendre rendez-vous avec un “travailleur social”, vous pouvez :

  • Contacter l’administration de votre département appelée “Conseil départemental”.
  • Contacter la structure en charge de l’accompagnement sociale appelée "Centre communal d’action sociale” dans votre ville en contactant l’administration de votre ville appelée “mairie”.
  • Rencontrer “l’assistante sociale” de votre entreprise si vous travaillez. Demandez à votre employeur si ce service est proposé.

Me faire aider

En France, des services sont disponibles pour vous soutenir, vous conseiller et vous accompagner dans vos démarches. La plupart sont gratuits.

  • Ce service de conseil par téléphone est destiné aux personnes confrontées à tout type de violences et à celles qui les soutiennent.

    • Ce service est gratuit.
    • Au téléphone, une personne vous écoutera et vous soutiendra. Elle pourra vous orienter vers les bons services près de chez vous.
    • Langues disponibles : français. Parfois, les langues suivantes sont disponibles : anglais, arabe, espagnol, turc, mandarin, chinois, kurde, azeri, polonais, hébreu, farsi, soninké, créole, kinyarwanda, kirundi et swahili. À l’heure actuelle, ces langues sont malheureusement disponibles à des heures irrégulières et non programmées.
    • Contact : appeler le 3919, numéro disponible 24h/24 et 7j/7. L'appel n'apparaîtra pas sur votre facture de téléphone.
    • Service accessible aux personnes sourdes, malentendantes, aphasiques ou ayant des troubles du langage en cliquant sur l’icône téléphone en bas à droite du site www.solidaritefemmes.org.
  • La police a pour rôle d’assurer la sécurité de toutes les personnes, quelle que soit leur situation, même sans droit au séjour. Un officier de police pourra vous conseiller et vous proposer son assistance 24h/24 et 7j/7.

    Il existe quatre moyens principaux de contacter les services de police :

    • Par téléphone : appelez le 17, numéro gratuit. Langues disponibles : interprétation dans toutes les langues.
    • Par texto : envoyez un message au 114 en français en précisant votre adresse exacte.
    • En ligne : échangez par tchat. Ce service est disponible dans de nombreuses langues.
    • Rendez-vous dans n’importe quel poste de police, c’est-à-dire soit un “commissariat de police” soit une “brigade de gendarmerie”. Vous pouvez faire une recherche à partir de votre adresse sur ce site. Si vous ne parlez pas français, ils devront faire appel à un interprète, mais cela peut prendre du temps.
  • Les “associations” sont des organisations qui offrent des services divers.

    • Ces services sont gratuits.
    • Les services proposés varient considérablement d'une “association” à l'autre. Elles peuvent vous conseiller et parfois vous accompagner dans certaines de vos démarches.
    • La majorité de ces services sont disponibles en français uniquement.
    • Vous trouverez une liste des “associations” spécialisées dans l’aide aux victimes de violences près de chez vous sur cet annuaire en sélectionnant votre département français.

Les informations ci-dessus ont été rédigées avec la plus grande attention. Cependant, elles ne sont pas destinées à remplacer les conseils que vous pourriez recevoir de professionnels. Les lois et procédures changeant régulièrement, il est important de consulter des professionnels qualifiés dans ce domaine.

Ça peut aussi vous intéresser

Déposer une plainte pour signaler les violences à la justice française

Toute personne victime de violences conjugales en France peut porter plainte pour signaler les…

Demander un logement social au loyer modéré en France

Si vous avez des ressources financières limitées, vous pouvez demander à vivre dans un logement…

Louer un logement privé en France

En France, la location d’un logement privé est une solution relativement rapide pour se loger. Les…

Pour contacter la Police :

Défiler vers le haut