Savoir comment réagir en tant que témoin de violences

Les violences conjugales ne sont pas une affaire privée. Si vous avez été témoin de violences conjugales, ou qu’une victime s’est confiée à vous, votre soutien pourrait lui sauver la vie. En cas de danger, appelez la police au 17 ou envoyez-lui un message au 114.

Vérifié par Women for Women France le 03/03/2022

Situations urgentes

Si vous pensez qu’il y a un danger grave et immédiat, n’hésitez pas à appeler la police au 17, même en cas de doute. 

Si vous vous sentez suffisamment en sécurité, intervenez pour faire cesser l’agression en suivant ces conseils :

  • restez le plus calme possible
  • n’hésitez pas à mobiliser les autres témoins 
  • tentez une diversion pour distraire l'agresseur si cela est possible.

Votre réaction doit être proportionnelle à la menace : une intervention agressive risque d'entraîner une escalade de la violence et de mettre en danger toutes les personnes impliquées.

Situations non-urgentes

Une personne confrontée à des violences conjugales se sent souvent perdue et isolée. Votre soutien peut lui sauver la vie.

Toutes les victimes réagissent différemment. Toutes les réactions au traumatisme sont normales : déni, colère, calme, détresse, pleurs, cris, et même contact avec l'agresseur.

  • Il peut être très difficile de savoir quoi dire et quoi faire quand on est témoin de violences, à tel point qu'il peut être tentant de les ignorer. Mais il est très important que vous soyez là pour la victime. 

    En suivant ces conseils, vous pourriez lui sauver la vie :

    • Croyez-la, écoutez-la, soutenez-la. Demandez-lui si elle va bien et si vous pouvez faire quelque chose pour elle.
    • Rassurez-la : il existe des solutions pour qu’elle retrouve la sécurité et l’indépendance. 
    • Expliquez-lui que le seul responsable est l’auteur des violences.
    • Conseillez-lui d’appeler la police au 17 si elle se sent en danger ou proposez-lui de l’accompagner au commissariat pour déposer une plainte.
    • Partagez avec elle des sources d’information fiables telles que notre site pour qu’elle puisse comprendre le mécanisme des violences et connaître ses droits.
    • Proposez-lui de remplir une attestation de témoin, qui pourra lui servir le jour où elle décidera de porter plainte. 
    • Vous pouvez signaler les violences à la police en ligne sur le tchat dédié (disponible en de nombreuses langues).  
    • Vous pouvez garder une trace des faits dont vous êtes témoin sur le site “Mémo de vie”, un espace en ligne confidentiel et sécurisé.
    • Respectez ses valeurs et choix culturels et religieux.
    • Laissez-la prendre ses propres décisions, à son rythme.
    • Si elle ne parle pas français et que vous lui donnez le numéro de téléphone ou e-mail de services uniquement en français, proposez-lui de l'aider à les contacter.
  • Notre société commence tout juste à comprendre les violences conjugales. Nous avons chacun un rôle à jouer. 

    Certains comportements sont à éviter pour rester dans une relation de confiance avec la victime et ne pas mettre sa vie en danger :

    • Ne mettez pas en doute la réalité des violences. Ne les minimisez pas. 
    • Ne la jugez pas et ne lui dites pas ce qu’elle devrait faire. Elle se sent très certainement perdue et a besoin de temps pour réfléchir à la suite. 
    • Ne défendez pas son partenaire et n’essayez pas de lui trouver des excuses.
    • Ne l’obligez pas à faire quoique ce soit si elle vous dit ne pas se sentir prête.
    • Ne lui donnez pas des conseils dans un domaine où vous n’êtes pas qualifié. Les lois et dispositifs changent régulièrement, et à cela s’ajoutent des complexités internationales.
    • Ne contactez pas son agresseur, cela pourrait mettre la vie de la victime en danger. Il pourrait aussi vous manipuler pour que vous le croyiez.
    • Ne partagez pas ces informations avec d’autres personnes sans l’accord de la victime, cela pourrait mettre sa vie en danger.
    • N’essayez pas de lui expliquer que ses choix culturels ou religieux ne sont pas normaux en France.
    • Ne lui coupez pas la parole si elle a du mal à s'exprimer dans une langue qui n’est pas la sienne.
  • Dans certains cas, la loi française vous impose de révéler les faits dont vous avez connaissance :

    • Il est interdit de ne pas révéler un crime dont il est encore possible de prévenir ou de limiter les effets ou dont les auteurs sont susceptibles de commettre de nouveaux crimes qui pourraient être empêchés (loi applicable : article 434-1 du “Code pénal”).
    • Il est interdit de ne pas porter secours à une personne en danger, appelé “non-assistance à personne en danger” (loi applicable : article 223-6 du “Code pénal”). 
    • Il est interdit de ne pas révéler une infraction sur mineur ou personne vulnérable en raison de son âge, d’une maladie, d’une infirmité, d’une déficience physique ou psychique ou d’un état de grossesse (loi applicable : article 434-3 du “Code pénal”).

Me faire aider

En France, des services sont disponibles pour vous soutenir, vous conseiller et vous accompagner dans vos démarches. La plupart sont gratuits.

  • Ce service de conseil par téléphone est destiné aux personnes confrontées à tout type de violences et à celles qui les soutiennent.

    • Ce service est gratuit.
    • Au téléphone, une personne vous écoutera et vous soutiendra. Elle pourra vous orienter vers les bons services près de chez vous.
    • Langues disponibles : français. Parfois, les langues suivantes sont disponibles : anglais, arabe, espagnol, turc, mandarin, chinois, kurde, azeri, polonais, hébreu, farsi, soninké, créole, kinyarwanda, kirundi et swahili. À l’heure actuelle, ces langues sont malheureusement disponibles à des heures irrégulières et non programmées.
    • Contact : appeler le 3919, numéro disponible 24h/24 et 7j/7. L'appel n'apparaîtra pas sur votre facture de téléphone.
    • Service accessible aux personnes sourdes, malentendantes, aphasiques ou ayant des troubles du langage en cliquant sur l’icône téléphone en bas à droite du site www.solidaritefemmes.org.
  • La police a pour rôle d’assurer la sécurité de toutes les personnes, quelle que soit leur situation, même sans droit au séjour. Un officier de police pourra vous conseiller et vous proposer son assistance 24h/24 et 7j/7. 

    Il existe quatre moyens principaux de contacter les services de police :

    • Par téléphone : appelez le 17, numéro gratuit. Langues disponibles : interprétation dans toutes les langues.
    • Par texto : envoyez un message au 114 en français en précisant votre adresse exacte.
    • En ligne : échangez par tchat. Ce service est disponible dans de nombreuses langues.
    • Rendez-vous dans n’importe quel poste de police, c’est-à-dire soit un “commissariat de police” soit une “brigade de gendarmerie”. Vous pouvez faire une recherche à partir de votre adresse sur ce site. Si vous ne parlez pas français, ils devront faire appel à un interprète, mais cela peut prendre du temps.
  • Il existe deux services qui peuvent vous aider en cas d'urgence médicale en France.

    Le service d'ambulance appelé "Service d'aide médicale urgente (SAMU)" et le service d'urgence appelé "pompiers". Si vous avez besoin de soins médicaux d’urgence, ils pourront vous porter assistance rapidement et vous emmener dans un hôpital à proximité. 

    • En cas d’urgence vitale, vous n’avez pas besoin d’être inscrite au système d’assurance maladie d’Etat ni d’avoir un droit au séjour pour vous faire soigner.
    • S'il y a des frais parce qu'ils estiment qu'il ne s'agit pas d'une urgence, ces frais peuvent être couverts par votre assurance maladie d’Etat appelée “sécurité sociale” et/ou votre assurance maladie privée.
    • Langues disponibles : interprétation dans toutes les langues.
    • Contact : appelez le 112, numéro gratuit disponible 24h/24 et 7j/7.

Les informations ci-dessus ont été rédigées avec la plus grande attention. Cependant, elles ne sont pas destinées à remplacer les conseils que vous pourriez recevoir de professionnels. Les lois et procédures changeant régulièrement, il est important de consulter des professionnels qualifiés dans ce domaine.

Ça peut aussi vous intéresser

Comprendre les violences conjugales

Vous vous demandez peut-être si certains comportements de votre partenaire ou ex-partenaire sont…

Connaître les conséquences des violences conjugales sur soi-même et sur ses enfants

Les violences conjugales peuvent avoir des conséquences psychologiques, physiques et sociales…

Déposer une plainte pour signaler les violences à la justice française

Toute personne victime de violences conjugales en France peut porter plainte pour signaler les…

Pour contacter la Police :

Défiler vers le haut