Comprendre les violences conjugales

Vous vous demandez peut-être si certains comportements de votre partenaire ou ex-partenaire sont normaux. Ou vous êtes peut-être inquiète pour l’une de vos proches. Ce guide vous aidera à comprendre de quoi il s’agit exactement.

Vérifié par Assoc. Prof. Andreea Gruev-Vintila le 03/03/2022

Il peut être très difficile de réaliser que notre partenaire nous fait subir des violences conjugales. N'oubliez pas que cela peut arriver à tout le monde. Une femme sur trois est confrontée aux violences conjugales au cours de sa vie, quelle que soit sa situation financière ou professionnelle. 

On pense souvent, à tort, que les violences conjugales sont uniquement physiques. Mais si votre partenaire ou ex-partenaire utilise des stratégies pour vous dominer, vous contrôler, vous faire obéir à ses décisions, ou vous rendre dépendante de lui, vous êtes confrontée à des violences conjugales. 

Nous allons vous aider, étape par étape, à identifier si votre partenaire adopte des comportements qui sont considérés comme des violences conjugales. 

Votre ressenti

Un bon moyen de savoir si vous êtes confrontée à des violences conjugales est de vérifier comment vous vous sentez.

Il est fréquent de douter de soi-même quand on subit des comportements considérés comme des violences conjugales. Mais faites-vous confiance : vous seule savez ce que vous vivez et les sentiments que cela entraîne chez vous.

    • Depuis que je suis avec lui, j'ai le sentiment d'avoir perdu toute confiance en moi.
    • Je marche sur des œufs en permanence.
    • J’ai parfois peur qu’il fasse du mal à mes enfants.
    • J’ai parfois peur de lui.
    • J'ai le sentiment d'avoir peu d'autonomie dans ma vie.
    • Je ne peux jamais complètement me détendre en sa compagnie.
    • Je suis nerveuse lorsque je reçois un appel ou un message de lui.
    • J'ai parfois peur de rentrer chez moi.
    • Je me sens angoissée quand il rentre à la maison.
    • J'ai l'impression de m’être éloignée de ma famille et de mes amis depuis que je suis avec lui.
    • Je me sens très isolée.
    • Je vis dans un climat de peur et de tensions.
    • J'ai l'impression que je ne peux plus me fier à ma vision de la réalité.
    • Depuis que je suis avec lui, je me sens stupide, laide ou inutile.
    • Il m’arrive de m’excuser ou qu’il me demande de m’excuser pour mon comportement, alors que je ne pense pas avoir fait quelque chose de mal.
    • Je me sens dévalorisée par lui en tant que mère.
    • J'excuse souvent son comportement. Il a vécu des choses difficiles qui le font agir de manière contrôlante, possessive et/ou agressive.
    • J’ai parfois honte de parler à mes proches de ma situation.

    Si au moins l’une de ces affirmations correspond à votre ressenti, il est probable que votre partenaire vous fasse subir une ou plusieurs formes de violences conjugales.

Son comportement

Les violences conjugales ne sont pas que physiques. Elles peuvent prendre différentes formes et vous priver de vos ressources et de vos droits fondamentaux tels que la liberté et la sécurité. 

La meilleure définition des violences conjugales est le contrôle coercitif. Il s’agit d’un acte délibéré de comportements de contrôle, de contrainte ou de menace dans le but de vous rendre dépendante, subordonnée et/ou de vous priver de votre liberté d’action.

La nature de ces comportements peut être psychologique, verbale, économique, administrative, matérielle, physique ou encore sexuelle.

  • Les violences psychologiques peuvent prendre les formes suivantes :

    • contrôler vos déplacements, vos activités, vos e-mails, vos appels, votre agenda
    • vous éloigner ou interdire de voir certains de vos proches (amis, famille)
    • vous faire du chantage affectif 
    • vous dévaloriser, humilier
    • vous intimider, menacer 
    • vous harceler moralement
    • vous dévaloriser en tant que mère
    • dire ou laisser entendre que votre culture, votre religion et les choix qui y sont associés sont mauvais ou inférieurs aux siens
    • utiliser le “gaslighting”, c’est-à-dire vous faire douter de votre mémoire, de votre perception de la réalité et de votre santé mentale en vous cachant ou en déformant des informations.

    Si elles sont répétées, elles constituent un harcèlement psychologique au sein du couple.

    Ces affirmations vous parlent-elles ?

    • Il me dit que je ne fais rien de bien.
    • Il me fait du chantage affectif en me disant que si je l’aimais vraiment, je ferais ce qu’il veut.
    • Il menace de faire du mal à mes enfants ou à mes animaux, ou de me les enlever.
    • Il dit que personne ne peut m'aimer à part lui.
    • Il m’a déjà empêché de voir mes amis ou ma famille. 
    • Il peut se montrer extrêmement jaloux si je passe du temps loin de lui ou si je suis en contact avec d’autres personnes.
    • Il surveille mon emploi du temps. Il veut toujours savoir où je suis, avec qui.
    • Lorsque je me plains de son comportement, il me dit que c'est ma faute. 
    • Il m'ignore quand je parle en faisant comme si je n’étais pas dans la pièce.
    • Il m’a déjà forcé à faire des choses que je ne voulais vraiment pas faire.
    • Il me force à prendre part à des activités illégales.
    • Il me menace, par la parole, avec des objets ou des mouvements menaçants qui me donnent l'impression qu'il va me faire du mal. 

    Si au moins l’une de ces affirmations correspond à son comportement, il est probable que votre partenaire vous fait subir une ou plusieurs formes de violences conjugales.

  • Les violences verbales peuvent prendre les formes suivantes :

    • vous donner des ordres
    • vous crier dessus
    • vous insulter
    • vous menacer ou menacer vos enfants.

    Ces affirmations vous parlent-elles ?

    • Il me dit que je suis laide ou sale.
    • Il me dit que ma voix ou mon accent sont moches.
    • Il me rabaisse ou m’insulte en privé ou devant d’autres personnes.
    • Il me crie dessus.

    Si au moins l’une de ces affirmations correspond à son comportement, il est probable que votre partenaire vous fait subir une ou plusieurs formes de violences conjugales.

  • Les violences économiques peuvent prendre les formes suivantes :

    • vous priver de ressources financières
    • contrôler votre argent, vos dépenses
    • confisquer vos moyens de paiement
    • vous empêcher de travailler ou vous persuader de réduire votre temps de travail.

    Ces affirmations vous parlent-elles ?

    • Il m’empêche de prendre mes propres décisions, notamment en ce qui concerne le travail ou les études.
    • Il m’empêche de travailler, de me former ou de prendre les transports.
    • Il m’empêche de prendre des cours de français.
    • Il contrôle mes dépenses, garde ma carte bancaire et mon chéquier.
    • Il refuse de me donner de l’argent pour les dépenses essentielles. L’argent qu’il me donne ne permet pas de couvrir mes besoins fondamentaux.
    • Il pose des conditions sur mon accès à l’argent. Par exemple, si je le mets en colère, il ne me donnera pas d'argent.

    Si au moins l’une de ces affirmations correspond à son comportement, il est probable que votre partenaire vous fait subir une ou plusieurs formes de violences conjugales.

  • Quand il y a des enfants, la plupart des violences conjugales les concernent. Les violences liées à la parentalité peuvent prendre les formes suivantes :

    • Vous critiquer ou dévaloriser en tant que mère.
    • Vous empêcher d’élever les enfants.
    • Vous empêcher d’intervenir pour défendre les enfants.
    • Adopter des comportements dangereux et effrayants pour les enfants.

    Ces affirmations vous parlent-elles ?

    • Il vous demande d’arrêter de vous occuper des enfants pour vous occuper de lui.
    • Il décide de ce que vous pouvez faire ou non avec les enfants.
    • Il prend toutes les décisions importantes concernant les enfants : école, santé, etc.
    • Il critique votre façon d’élever les enfants.
    • Il dit aux enfants que vous êtes une mauvaise mère.
    • Il vous menace si vous sortez avec les enfants sans le prévenir.
    • Il décide quand vos enfants peuvent rendre visite à votre famille.
    • Il vous menace de garder les enfants si vous le quittez.
    • Si vous êtes en situation de handicap, il vous dévalorise comme mère du fait de cette situation.

    Si au moins l’une de ces affirmations correspond à son comportement, il est probable que votre partenaire vous fait subir une ou plusieurs formes de violences conjugales.

  • Les violences administratives peuvent prendre les formes suivantes :

    • confisquer ou conditionner votre accès à vos documents administratifs : carte d’identité, passeport, titre de séjour, carte vitale, livret de famille, carnet de santé, diplôme, avis d’impôts, etc.
    • menacer de vous dénoncer pour que vous soyez expulsée de la France
    • contrôler votre correspondance : courrier, e-mails, textos, etc.

    Ces affirmations vous parlent-elles ?

    • Il garde mes papiers d’identité avec lui.
    • Il garde les papiers d’identité de nos enfants avec lui
    • Il lit les courriers que je reçois.
    • Il m’a prévenue que je serais expulsée de la France si je le quittais.
    • Il menace de me quitter pour que je perde mon droit de séjour en France.
    • Il contrôle toute mon administration, même si je veux être autonome.

    Si au moins l’une de ces affirmations correspond à son comportement, il est probable que votre partenaire vous fait subir une ou plusieurs formes de violences conjugales.

  • Les violences physiques et matérielles peuvent prendre les formes suivantes :

    • jeter ou détruire des objets
    • vous bousculer
    • vous donner des coups, avec ou sans objet
    • vous mordre
    • vous brûler
    • vous étrangler
    • vous pousser 
    • vous retenir et vous empêcher de bouger librement
    • vous séquestrer

    Ces affirmations vous parlent-elles ?

    • Il devient très agressif par moment, peut casser des objets.
    • Il a déjà été physiquement violent avec moi, m’a poussée, donné une gifle.
    • Il lui arrive parfois d’être violent mais il s’excuse ensuite et promet de ne pas recommencer.
    • Il me pousse à consommer des drogues ou de l’alcool.
    • Il a déjà essayé de m’empêcher de prendre des médicaments ou de voir un médecin quand j’en avais besoin.

    Si au moins l’une de ces affirmations correspond à son comportement, il est probable que votre partenaire vous fait subir une ou plusieurs formes de violences conjugales.

  • Les violences sexuelles peuvent prendre les formes suivantes :

    • vous harceler sexuellement, c’est-à-dire vous imposer de façon répétée des propos ou comportements à connotation sexuelle ou sexiste
    • vous imposer des pratiques sexuelles
    • vous forcer à avoir des rapports sexuels
    • vous obliger à vous prostituer.

    Ces affirmations vous parlent-elles ?

    • Il m’impose des pratiques sexuelles qui me mettent mal à l’aise.
    • Il me force à avoir des relations sexuelles quand je n’ai pas envie.

    Si au moins l’une de ces affirmations correspond à son comportement, il est probable que votre partenaire vous fait subir une ou plusieurs formes de violences conjugales.

  • Les cyber violences peuvent prendre les formes suivantes :

    • surveiller vos déplacements et relations par l’usage des outils numériques : téléphone, ordinateur, etc. 
    • vous harceler par textos, appels, ou sur les réseaux sociaux 
    • menacer de publier en ligne des informations, photos ou vidéos vous concernant.

    Ces affirmations vous parlent-elles ?

    • Il me harcèle par textos, appels, ou sur internet.
    • Il contrôle mon téléphone, mon ordinateur, mes réseaux sociaux. 
    • Il menace de publier des informations privées me concernant.

    Si au moins l’une de ces affirmations correspond à son comportement, il est probable que votre partenaire vous fait subir une ou plusieurs formes de violences conjugales.

Quand surviennent-elles ?

Les violences conjugales peuvent concerner tous les couples où il existe ou a existé une relation sentimentale : mariés, pacsés ou en union libre, vivant ensemble ou séparément, officiels ou pas. 

Elles peuvent arriver à n’importe quel moment de la relation, même après la séparation. 

Cependant, certaines situations sont plus propices à leur apparition ou leur intensification :

  • le mariage du couple 
  • un déménagement, notamment à l’étranger
  • une grossesse, désirée ou non, et les années suivant la naissance d’un enfant 
  • des décisions importantes concernant les enfants
  • la séparation et la période qui suit.

Le moment où le partenaire violent sent qu’il perd le contrôle et la domination, souvent lors de la rupture, est l’un des plus dangereux. Il est recommandé de bien s’y préparer, de prévenir son entourage et de s’entourer de professionnels experts en violences conjugales. 

Elles peuvent arriver à n’importe qui, quel que soit l’âge, l’origine, ou encore la situation professionnelle et financière. Il n’y a pas un profil type de victime ou d’agresseur.

Doutes fréquents

  • Il est important de faire la différence entre conflits et violences conjugales :

    • Les conflits de couple sont normaux. Ils viennent du fait que les deux partenaires ne sont pas toujours d’accord sur certains sujets. Cependant, dans ce cas de figure, chacun peut donner son avis, et les décisions résultent de compromis. Il s’agit d’une relation égalitaire.
    • Les violences conjugales se caractérisent par la domination d’un partenaire sur l’autre. Les partenaires ne sont pas dans une relation égalitaire. L’un prend le pouvoir sur l’autre afin de la dominer, la contrôler et la rendre dépendante de lui.
    • Si, lors d'une dispute, votre partenaire utilise l'un ou l’autre de ces comportements violents, il ne s'agit plus d'une dispute normale mais de violence conjugale.
    • Si votre partenaire adopte des comportements de ce répertoire de manière plus ou moins continue, voire même en dehors des disputes, il s'agit de violences conjugales
  • Un partenaire violent prend généralement le pouvoir en étant très impliqué dans la relation. Il s’agit souvent d’une personne manipulatrice qui arrive à tromper son entourage.

    Il peut passer pour le partenaire idéal : 

    • il se montre très attentionné et n’hésite pas à apporter de l’aide à sa partenaire
    • il peut la couvrir d’attention 
    • il peut se montrer rapidement très amoureux. 

    Il s’agit en fait de stratégies pour prendre le contrôle de façon lente et progressive. Il parvient ensuite à isoler sa partenaire, à la faire douter elle-même et lui faire perdre confiance en elle. Elle devient dépendante de lui.

  • Ce n'est en aucun cas votre faute s'il commet l'un de ces types de violence. Rien ne justifie ni n’excuse les violences.

    En dehors de la relation de couple, les auteurs de violences conjugales apparaissent souvent comme des personnes aimables, voire généreuses, et parfois même comme ayant un comportement respectueux. Mais cela ne reflète pas qui ils sont réellement dans leur relation intime. Ils manipulent leur entourage et sont particulièrement doués pour cela.

  • Ce n'est absolument pas à cause de vous. 

    Il est très fréquent qu'une femme se retrouve avec un partenaire violent. Ces comportements sont très présents dans notre société, à tel point qu'une femme sur trois est confrontée aux violences conjugales au cours de sa vie. Cela signifie que beaucoup d'hommes commettent des violences conjugales au cours de leur vie.

  • Malheureusement, il est peu probable que votre partenaire ait changé.

    Les violences conjugales surviennent souvent par cycle au sein duquel quatre phases se succèdent à un rythme variable, chacune de ses phases permettant d’accroître le contrôle sur la victime :

    Climat de tension

    • Votre partenaire est de plus en plus impatient, intolérant, agressif.
    • Cela crée un climat de tension et de peur au sein de votre couple.
    • Vous craignez que la violence explose et cherchez à répondre à ses besoins.
    • Vous êtes attentive à ce que vous faites et dites.

    Crise

    • Votre partenaire cherche à affirmer son pouvoir sur vous.
    • Il adopte des stratégies pour vous contrôler, vous blesser, vous humilier.
    • Vous adoptez différentes stratégies de protection.

    Justification

    • Votre partenaire justifie ses agressions par des raisons extérieures.
    • Il cherche à vous faire reconnaître que son comportement était légitime.
    • Il peut minimiser la gravité des faits.
    • Vous tentez de comprendre ses justifications et finissez par vous croire responsable de la crise.
    • Vous pensez qu’en modifiant vos attitudes, la violence ne se reproduira pas.

    Accalmie

    • Votre partenaire veut maintenir la relation et regagner votre confiance.
    • Les violences diminuent ou disparaissent.
    • Il est attentionné, il vous donne le sentiment qu’il fait des efforts.
    • Il peut se montrer vulnérable.
    • Vous avez le sentiment de retrouver celui dont vous êtes tombée amoureuse.
    • Vous pouvez être amenée à diminuer vos attentes envers votre partenaire et même changer vos propres habitudes dans l’espoir que cette période se prolonge ou que votre partenaire change.

    Plus les cycles se répètent, plus la fréquence de ces phases augmente et les phases d’accalmie vont devenir rares. 

    Progressivement, votre seuil de tolérance va augmenter, et il se peut que cela vous empêche de voir les violences, devenues quotidiennes.  

  • Vous n’êtes pas responsable. Quelles que soient ses justifications, votre partenaire ou ex-partenaire est le seul responsable des violences qu’il vous fait subir. 

    Ses actes sont interdits et punis par la loi. 

    Malheureusement, les violences conjugales sont fréquentes. Une femme sur trois est confrontée aux violences conjugales au cours de sa vie, et une sur trois sera victime d’au moins une forme de violences masculines.

Me faire aider

En France, des services sont disponibles pour vous soutenir, vous conseiller et vous accompagner dans vos démarches. La plupart sont gratuits.

  • Ce service de conseil par téléphone est destiné aux personnes confrontées à tout type de violences et à celles qui les soutiennent.

    • Ce service est gratuit.
    • Au téléphone, une personne vous écoutera et vous soutiendra. Elle pourra vous orienter vers les bons services près de chez vous.
    • Langues disponibles : français. Parfois, les langues suivantes sont disponibles : anglais, arabe, espagnol, turc, mandarin, chinois, kurde, azeri, polonais, hébreu, farsi, soninké, créole, kinyarwanda, kirundi et swahili. À l’heure actuelle, ces langues sont malheureusement disponibles à des heures irrégulières et non programmées.
    • Contact : appeler le 3919, numéro disponible 24h/24 et 7j/7. L'appel n'apparaîtra pas sur votre facture de téléphone.
    • Service accessible aux personnes sourdes, malentendantes, aphasiques ou ayant des troubles du langage en cliquant sur l’icône téléphone en bas à droite du site www.solidaritefemmes.org.
  • Les “Centres d'Information sur les Droits des Femmes et des Familles (CIDFF)” aident le public, en particulier les femmes, dans de nombreux domaines tels que : l’accès au droit, la santé, la recherche d’emploi, la formation, la création d’entreprise ou encore les modes de garde d’enfants. 

    • Ces services sont gratuits.
    • Ils pourront vous expliquer vos droits et les démarches à faire. Certains centres proposent aussi de vous accompagner dans certaines de vos démarches.
    • Langue disponible : français principalement. 
    • Contact : vous trouverez les coordonnées du “CIDFF” de votre département sur cet annuaire.
  • Les “associations” sont des organisations qui offrent des services divers.

    • Ces services sont gratuits.
    • Les services proposés varient considérablement d'une “association” à l'autre. Elles peuvent vous conseiller et parfois vous accompagner dans certaines de vos démarches. 
    • La majorité de ces services sont disponibles en français uniquement.
    • Vous trouverez une liste des “associations” spécialisées dans l’aide aux victimes de violences près de chez vous sur cet annuaire en sélectionnant votre département français.

Les informations ci-dessus ont été rédigées avec la plus grande attention. Cependant, elles ne sont pas destinées à remplacer les conseils que vous pourriez recevoir de professionnels. Les lois et procédures changeant régulièrement, il est important de consulter des professionnels qualifiés dans ce domaine.

Ça peut aussi vous intéresser

Savoir comment réagir en tant que témoin de violences

Les violences conjugales ne sont pas une affaire privée. Si vous avez été témoin de violences…

Connaître les conséquences des violences conjugales sur soi-même et sur ses enfants

Les violences conjugales peuvent avoir des conséquences psychologiques, physiques et sociales…

Se protéger pendant une agression

Si votre partenaire ou ex-partenaire commence à devenir agressif, essayez de vous mettre en sécurité…

Demander au juge d'interdire à mon ex-partenaire de m'approcher

Si vous pensez que vous et/ou vos enfants risquez de subir de nouvelles violences, vous pouvez…

Appeler les services de secours : police, ambulance

En cas d’urgence, n’hésitez pas à appeler les secours au 17 pour les services de police et 112 pour…

Pour contacter la Police :

Défiler vers le haut